La Kiko au Canada

Bref historique

En 1998, la race Kiko est introduite pour la première fois au Canada en provenance de la ferme de Jacques et Theresa Valley de Austin au Texas, USA. Moins d'une dizaine de bêtes enregistrées sont alors importées au Québec.  Malheureusement, toutes ces bêtes disparaissent sans donner de progéniture.  En 2000, 20 chèvres et 2 boucs Kiko non enregistrés provenant de Goats Unlimited en Californie sont importés à William Lake en Colombie-Britannique.  Ce troupeau a été dispersé et il semble que plusieurs de ces Kiko peuvent être retrouvées dans l'Ouest Canadien. Cependant, il semble fort diffiicile de s'assurer de l'authenticité de ces Kiko puisqu'elles n'ont pas été enregistrées depuis leur importation. 

En juillet 2000, l'entreprise Les Élevages Franc-Nord a importé, de la ferme Mountain Goat Ranch de Jamestown au Tennessee appartenant à Ruble C. Conatser, les deux premières chevrettes Kiko pur-sang enregistrées 100% NZ.  Deux jumelles provenant de la fameuse chèvre CCR MS Moneybag qui sont toujours vivantes et qui ont produits une abondante progéniture.  En aout 2000, Les Élevages Franc-Nord importe à nouveau en provenance de Victoria Farm en Georgie propriété de Lamar Brown. Cette opération a permis l'importation de deux chèvres Kiko pur-sang enregistrées dont une excellente 100% NZ nommée Victoria Farm Virginia. Il y a de nombreuses chèvres qui descendent de ces deux fondatrices. Malheureusement, l'importation d'un bouc pur-sang s'est avéré infructueux en raison de son échec pour les épreuves sanitaires.  Après plusieurs recherches infructueuses pour importer des chevrettes et des boucs Kiko pur-sang enregistrés, c'est en octobre 2001 que Les Élevages Franc-Nord importent sept nouvelles chevrettes Kiko pur-sang enregistrées.  Ces Kiko provenaient de la Moonridge Farm près de Knoxville au Tennessee. En décembre 2001, la chance sourrit à Les Élevages Franc-Nord puisqu'ils importent le premier bouc Kiko pur-sang enregistrés 100% NZ qui est toujours vivant et reproducteur ayant produit une abondante progéniture. Ce bouc est le fils d'un bouc importé directement de la Nouvelle-Zélande, Tasman Zorro.

Les Élevages Franc-Nord ont tenté de dénicher de la nouvelle génétique 100% NZ mais pour différentes raisons, les opérations ont échoué.  Finalement, c'est en décembre 2003 qu'une importation est réalisée.  Seulement neuf jour avant la fermeture définitive des frontières pour les ruminants entre le Canada et les USA.  Cette opération a été réalisée conjointement avec Patricia Whitford et Robert Lafrance localisés Godmanchester en Montérégie au Québec. Les Élevages Franc-Nord ont importé un bouc 100% NZ de Jace Goodling de la Virginie et d'un autre bouc 100% NZ et de 16 femelles de Bill and Brenda Moore de la ferme BBM localisée en Georgie. Deux femelles étaient 100% NZ dont l'une est toujours en production et les deux ont produit plusieurs filles.  Le couple Lafrance-Whitford a importé, au même moment, 12 chevrettes et un bouc Kiko pur-sang enregistrés. La plupart de ces femelles ont produits une bonne descendance.

Jusqu'à la réouverture des frontières pour l'importation des caprins mâles au Canada, il y a eu quatre boucs et 39 chèvres Kiko pur-sang enregistrés qui ont permis l'implantation de la race Kiko au Canada. Lors de l'ouverture de la frontière en 2007, il y a eu quelques boucs qui ont été importés dans l'Ouest Canadien.  Au même moment, Les Élevages Franc-Nord de Charlevoix et Les Élevages Caprannie s.e.n.c. de St-Lambert-de-Lauzon s'associent pour l'importation conjointe de 5 nouveaux boucs pur-sang 100% NZ enregistrés.  Cette importation en provenance de Rolling Meadow Farm en Georgie propriété de Nancy Gilleland a été réalisée en octobre 2008. 

 

Situation actuelle 

La Kiko est maintenant présente au Canada avec de plus grand effectif de production. Cette race maternelle est bonne laitière, rustique, prolifique, résistante aux parasites internes et elle a aussi une bonne conversion, un rendement carcasse élevé, une croissance rapide, une facilité de mise bas et des onglons à croissance lente. De plus, cette chèvre a une saison de reproduction prolongée. Elle est actuellement beaucoup plus rare que la Boer mais ses effectifs sont en nette progression. Étant donné que la Kiko est une race maternelle et prolifique qui possède également plusieurs atouts pour la production de boucherie et qu'en production, le troupeau de base doit être composé de chèvres maternelles, la chèvre Kiko jouera probablement un rôle majeur dans le développement de l'industrie caprine de boucherie au Canada. D'ailleurs, il faut se rappeler que la sélection d'origine de la chèvre Kiko avait comme but de produire une chèvre maternelle spécifiquement pour la boucherie.

Aujourd'hui, la Kiko est un exemple concret de ce qui peut être accompli par une sélection planifiée et une emphase mise sur la production. Les éleveurs du Canada et des États-Unis d'Amérique sont de plus en plus avisés au fait que l'infusion de la génétique Kiko améliora la production et apportera de la vigueur à leur troupeau. L'introduction de la chèvre Kiko fournit au producteur une véritable option pour choisir une chèvre de boucherie dont l'élevage n'exige qu'un apport minimum pour un retour maximum....

Northern Kiko Genetics est fier de produire et d'offrir des animaux Kiko de haute qualités et ce avec la plus grande diversité génétique aux producteurs Canadien.  Notre but pricipal est de sélectionner mos Kiko comme l'on fait les premier instigateurs de la race, pour la production et la rentabilité avant tout... pour ce qui servira le mieux le bénéfice de l'industrie Canadienne de la chèvre de boucherie.

 

Ce qui rend la race Kiko si exceptionnelle n'est pas ce que l'on voie, mais ce que l'on en retire!