Le choix idéal en croisement

 

En 1996, la Kiko est importée sur le continent nord-américain en provenance de la Nouvelle-Zélande. Cette race a été formée à partir de chèvres d'origines diverses retournées à l'état sauvage ayant les meilleurs attributs pour la boucherie et de la génétique Nubienne, Saanen et Toggenbourg. Ce programme de sélection a débuté dans les années 1970 et s'est poursuivi jusqu'à la fin des années 1980, ce qui a exigé près de vingt ans de sélection rigoureuse pour créer une race de chèvre de boucherie maternelle. La race est maintenant standardisée et la majorité de la population de cette race est retrouvée aux É.-U. mais elle est aussi présentée au Québec.

Avec le contexte économique actuelle et la compétition des marchés internationaux le Canada doit prendre sont avenir en main pour developper une industrie de viande caprine viable et compétitive.

Pour ce faire l'industrie caprine de boucherie doit faire comme les autres et utiliser les races qui sont à sa disposition pour leurs qualités principales.  L'industrie du porc utilise cette façon de produire depuis des décennies, l'industrie bovine l'utilise depuis quelques années de façon plus intensive car les marges de profit sont toujours de plus en plus mince.  Pour contrer ce problème les producteurs doivent utiliser tous les moyens mient à leur disposition pour diminuer leur coût de production.  Le plus simple et le moins coûteux de ceux-çi est d'utliliser les races selon leur qualités pricipales. 

Les Canadiens ont maintenant une alternative de qualité dans la production de la viande caprine.  Cette alternative est l'utilisation de femelles de race KIKO (lignée femelle) en croisement avec un bouc de lignée terminale comme le Boer.

Qu'est-ce qu'une lignée femelle et une lignée terminale ??

La lignée femelle provient d'une race développée principalement pour ces caractères maternelles, c'est à dire la prolificité, la facilité à la parturition, la production de lait, la vigeur et la croissance des nouveaux-nés et le caractère maternel de la mère à prendre soin de ses petits.  Ceci est fait sans pour autant oublier la raison de la race soit la production de viande, mais sans en être la priorité.  Car il est prouvé que la facilité à la parturition et la production laitière sont corrélées négativement avec un développement musculaire trop élevé.

À l'opposé la lignée terminal provient d'une race développée principalement pour sa vitesse de croissance et son rendement élevé en muscle (viande).  La lignée terminale comme sont nom l'indique vient au niveau du croisement final augmenter le côté rendement de carcasse du chevreau d'abattage, donc l'obtention d'un prix maximum.

L'hybridation ou le croisement de deux races différentes et éloignées génétiquement produit un effet d'hétérosis (Gagnon 2000).  L'hétérosis est le phénomène appelé "effet hybride" attribué à la progéniture d'être supérieur à la moyenne des deux parents. L'effet hybride suite a un croisement en résulte par une amélioration des performances et de la productivité diminuant ainsi le coût de production.

Ce principle simple vient permettre aux producteurs de travailler avec des chèvres ne demandant que très peu d'effort tout en donnant un produit final de haute qualité produit à un coût d'exploitation faible.

De plus, la Kiko à été developpée pour sa qualité de sabots, sa résistance impressionnante aux parasites et sa productivité sous régime non suplémenté (sans apport de moulée).  Tout ceci mis en commun dans la même race permet aux producteurs de chevreaux de boucherie de réduire les coûts de production et ainsi augmenter la marge bénéficiaire de leur entreprise.

 Donc en résumé ses principaux avantages sont :

  Taux de croissance rapide
Chevreau atteint son poids idéal plus rapidement, plus de viande… plus de rendement!

  Fertilité & prolificité impressionnantes
Saison de reproduction plus longue; Porte régulièrement des jumeaux & des triplets.

  Libido époustouflante
Taux de conception plus élevé ; Peu de mise bas ratée…plus de productivité !

  Comportement maternel exceptionnel
Mise bas facile et non-assistée; Excellente laitière facilitant la croissance des chevreaux et tellement maternelle qu'elle pourra sevrer des jumeaux ou des triplets…plus de chevreaux à mettre en marché !

  Onglons plus-que-parfaits
Onglons à faible croissance ; Bonne résistance aux maladies des sabots… bénéfices plus-que-parfaits !

  Résistance aux parasites indéniable
Réduit les coûts et le temps de travail du producteur.

  Excellente autonomie aux pâturages
Peu de supplément nécessaire ; Réduit les coûts d'alimentation

Point très important

Les éleveurs de chèvres Kiko ne devraient jamais perdre de vue la ligne directrice des instigateurs de la race en Nouvelle-Zélande " La production avant tout". Tout trait qui porte atteinte à la capacité de la race ou a tout animal à produire était pénalisé sévèrement et l'animal qui démontrait un tel trait était réformé. Les développeurs de la race étaient peu préoccupés par quelques unes des préoccupations conventionnelles en regard au temps consacré à la conformation croyant que celles-ci proviennent plutôt de convictions mal fondées en ce qui concerne la scène des expositions dans le secteur de l'ovin. Par conséquent, les développeurs de la chèvre Kiko ont intentionnellement ignorés les exigences strictes de la scène des expositions préférant se concentrer sur la fonction plutôt que sur la forme.

Cette race maternelle est bonne laitière, rustique, prolifique, résistante aux parasites internes et elle a aussi une bonne conversion, un rendement carcasse élevé, une croissance rapide, une facilité de mise bas et des onglons à croissance lente. De plus, cette chèvre a une saison de reproduction prolongée. Elle est actuellement beaucoup plus rare que la Boer mais ses effectifs sont en nette progression. Étant donné que la Kiko est une race maternelle et prolifique qui possède également plusieurs atouts pour la production de boucherie et qu'en production, le troupeau de base doit être composé de chèvres maternelles, la chèvre Kiko jouera probablement un rôle majeur dans le développement de l'industrie caprine de boucherie. D'ailleurs, il faut se rappeler que la sélection d'origine de la chèvre Kiko avait comme but de produire une chèvre maternelle spécifiquement pour la boucherie.

Maiximiser le rendement en optant pour la race maternelle par excellence!

Références

Charest, A. 1999. L'hybridation à la rescousse de la production de chevreaux
    de boucherie. 7ème Colloque sur la chèvre 2002. Recueil du colloque pp 67-73

Chesnais, J P., A. Zybko, G. Blouin. 2002. Une génétique rentable pour une production
    d'agneaux lourds. Symposium ovin 2002. 27p.

Gagnon, H.-L. 2000. Caractéristiques des chevreaux demandés par les consommateurs.
    Direction des services technologiques, MAPAQ. 15 pp.

Getz, W.R. 1999. Why crossbreds may be superior to purebreds: breeding a better goat.
    Georgia Goat Research & Extension Center, Fort Valley State University, 2 p.

Gipson, T.A. 1999. Genetic Resources for Meat Goat Production. The Meat Goat
    Program at Virginia State University. 8 pp.

Mitcham, S. & A. Mitcham. 2000. Meat Goats - Their History, Management and diseases.
    Crane Creek Publications, Sumner Iowa. 264 pp. ISBN 0-9664476-2-X